Bechara Raad
Stratégie

« Dreamforce a confirmé la consolidation de l’écosystème Salesforce »

Consolidation de l’offre avec Customer 360° ou Mulesoft, montée en puissance de Commerce Cloud développement des ISV : Béchara Raad, Président Directeur Général de EI-Technologies, décrypte les grandes tendances stratégiques observées lors de Dreamforce 2018, qui s’est tenu fin septembre à San Francisco.

Cela fait 7 ans que vous représentez EI-Technologies à Dreamforce. Qu’est-ce que cet événement signifie pour vous ?

C’est l’un de nos plus grands temps forts de l’année, avec le Salesforce World Tour qui s’est tenu à Paris en juin dernier. Nous consacrons une part importante de notre budget marketing et communication à une convention annuelle… qui ne déçoit jamais ! Et cette année encore, c’était grandiose. Mais au-delà de l’événement lui-même, de ses 2500 sessions, de ses plus de 150 000 visiteurs, notre fierté est vraiment d’être sponsor de la délégation française. Cette année, 400 participants ont fait le déplacement à San Francisco! Et s’y rendre en groupe est donc un vrai plus. Déjà, parce que cela permet de ne pas se perdre dans les méandres du salon et parce que nous pouvons échanger constamment, depuis le trajet en avion jusqu’au diner avant de se coucher ! Pour nous, c’est une chance unique de créer un lien privilégié avec nos clients dans un contexte différent, de prendre le temps réfléchir à leur « road map » et, éventuellement, de rencontrer des prospects.

Du point de vue d’un expert Salesforce, quel est l’intérêt de cette grande convention ?

Salesforce a constamment des innovations ou des évolutions technologiques à présenter. Mais j’aime également découvrir les cas d’usage. Ils permettent d’avoir une vision complète du parcours client, de la vente au SAV, en passant par le marketing. Par exemple, cette année, nous avons vu des cas présentant une stratégie CRM multicanal ou encore un déploiement d’applications multi-cloud, aussi bien dans l’automobile que la finance, l’industrie pharmaceutique ou la grande distribution. Des retours d’expérience très enrichissants.

Que retenez-vous de l’édition 2018 ?

Dans les annonces de cette année, le rachat de Mulesoft est un événement majeur. Il permet de connecter Salesforce au reste du système d’information externe à l’entreprise, d’apporter plus de fluidité dans l’accès et la gestion des données. L’autre incontournable de cette édition est le lancement de Customer 360°. Cette nouvelle plateforme incarne d’un point de vue conceptuel et fonctionnel la promesse de fluidité faite par Salesforce lors de son rachat de ses différents clouds. Voilà un référentiel unique, une vision claire du client, intégrée dans les outils de la marque pour prendre en charge la totalité du parcours-client. Cela conforte l’idée d’une véritable consolidation de Salesforce autour des enjeux B2B comme B2C – enjeux qu’il devient de plus en plus difficile d’opposer. Enfin, dans les incontournables de cette édition, il a bien sûr Einstein Voice ! 

Quels sont les challenges liés au développement rapide de l’écosystème Salesforce ?

Nous investissons chaque année sur les nouveautés. Par exemple, début 2018, nous avons massivement développé notre compétence sur « Field Service » qui permet d’améliorer la gestion des travaux des techniciens et opérateurs sur le terrain. Une première en France ! Nous travaillons également beaucoup sur l’e-commerce avec Commerce Cloud. Plus globalement, nous structurons notre offre pour que le service délivré au client soit toujours le plus performant possible et garder ainsi notre avance.

A ce sujet, quelle(s) évolution(s) du marché présentez-vous pour l’année à venir ?

Nous avançons vers toujours plus d’intégration. Un pan clé à comprendre tient dans le développement de l’écosystème des ISV sur AppExchange, l’équivalent de l’Appstore pour Salesforce. A ce titre, les nombreux « events » ISV organisés en marge de Dreamforce ont été une vraie nouveauté, preuve qu’il s’agit ici d’une tendance de fond. Notamment ce qui concerne le développement très rapide de la gestion des documents dans Salesforce. Avec des sociétés comme Conga ou Docusign, l’édition ou la coédition de documents, voire même la signature électronique, prend vraiment de l’ampleur. En tout, on compte déjà plus de 3 000 applications sur l’AppExchange ! Voilà qui nous conforte dans notre stratégie : nous avons pris l’initiative de lancer cette année « AppInnovation », le tout premier événement en France et même en Europe consacré aux solutions métiers de l’écosystème Salesforce. A ce propos, Alexandre Dayon, le Chief Strategy Officer de Salesforce, nous a fortement encouragé ! Pour nous, il ne s’agit pas d’une découverte. Nos clients bénéficient de notre expertise pour identifier les ISV pertinents et mieux appréhender l’écosystème Salesforce dans sa globalité. Nous travaillons actuellement avec une trentaine d’ISV français pour compléter notre offre, comme DocuSign, Nomination ou encore Conga.

Pour revenir sur Dreamforce… Avez-vous noté une bonne surprise parmi toutes les initiatives présentées cette année ?

 L’arrivée de « philanthropy cloud » est vraiment intéressante. Il s’agit d’une application qui permet aux collaborateurs d’une entreprise de travailler ensemble sur un projet non-lucratif. La logique est la suivante : l’entreprise ne guide pas ses collaborateurs, c’est le corps social qui se met en mouvement pour prendre des initiatives et apporter un sens supplémentaire au quotidien, en parallèle du travail. Je suis heureux de constater avec cet exemple que l’on retrouve toujours une vraie cohérence entre les valeurs d’EI-Technologies et de Salesforce. EI-Technologies participe déjà à son échelle à des actions philanthropiques auprès d’associations, en offrant des jours d’installation Salesforce, des formations à EI-Institut ou encore de l’aide à la certification. Cela correspond tout à fait à notre souhait : replacer l’humain au cœur de la transformation digitale.

 

Dans ce numéro